Votre recherche


Archives privées : fonds Louis Carré - Etablissement public du musée du quai Branly (Paris)

Sommaire

 

Biographie ou Histoire
Dès 1978, les héritiers de Louis Carré donnèrent à l'Etat  (Archives Nationales : 389AP) une grande partie des archives  de  ce galeriste qui exposa  dans les années 1930 l'art moderne de son temps (Paul Klee, Juan Gris, Picasso, Calder, Léger&). Deux ans après l'ouverture du musée, en 2008, son petit-fils, Patrick Bongers, donna  toutes les archives  concernant les activités de son grand-père liées aux arts non-occidentaux.  A l'instar de Charles Ratton, Louis carré participa pourtant activement dans les années 1930 à la diffusion et à la valorisation de ces arts en France mais aussi aux Etats-Unis  en tant qu'expert, galeriste et prêteur. Ce don exceptionnel est notamment constitué de documents et photographies  concernant  sa collection mais aussi une série d'évènements  marquants de  l'histoire de l'art non-occidentale, notamment  la vente  des collections Eluard Breton de 1931, l'exposition « Bronzes et ivoires du royaume du Bénin » du  musée d'ethnographie du Trocadéro  en 1932 ou encore  « African Negro  Art» présentée en 1935 au Museum of Modern Art de New-York . Un des aspects inédits de ce fonds concerne  l'exposition peu connue et surtout peu documentée « Les arts dits primitifs dans la maison d'aujourd'hui »,  qu'il réalisa en 1935 avec son voisin et ami  l'architecte Le Corbusier. Ces archives révèlent également les méthodes de travail du galeriste. Nous y trouvons des articles d'historiens, d'historien de l'art  francophones et anglophones, des  catalogues de vente, des cartons d'invitation  mais aussi de la documentation sur les activités des intellectuels africains-américains de l'époque.  Enfin, les revues de presse qu'il constitua sont une source majeure  pour étudier la vie artistique et intellectuelle lié aux arts non-occidentaux en France, en Europe et aux Etats-Unis dans les années 1930.

Titre du fonds :
Archives privées > Fonds Louis Carré